Produire un contenu artistique via un robot : mythe ou réalité ?

Dans le domaine de l’industrie créative, quel pourrait-être le rôle de l’intelligence artificielle ?

La place de l’IA dans l’industrie créative.

La place de l’IA dans l’industrie créative.

L’intelligence artificielle a franchi, avec le deep learning et le développement de la technologie big data, un pas décisif.
Demain plus encore qu’aujourd’hui, l’IA sera au cœur du développement de l’humanité et aura un impact au quotidien sur la manière de vivre des hommes.
Qui doute encore aujourd’hui de la réalité, à très court terme, de véhicules capables de se déplacer d’un point A vers un point B de façon autonome ?
Dans le domaine de l’industrie créative, quel pourrait être le rôle de l’intelligence artificielle ? Doit-on considérer que là aussi, les machines supplanteront tôt ou tard les humains ?

Selon une étude récente menée par l’association New European Media1, l’intelligence artificielle joue déjà un rôle très important dans l’industrie créative, laquelle ferait même figure de pionnière en la matière.
Les développements technologiques récents ont encore repoussé les limites des systèmes intelligents dans les applications créatives : le film Sunspring, acclamé par la critique lors de sa sortie en 2016, a été entièrement écrit à l’aide d’une IA, et le tout premier album musical produit en utilisant l'intelligence artificielle, Hello World, a été publié en 2018.
L’immense quantité quotidienne de création, production, diffusion et consommation de contenu – textes, images, vidéos et sons –  sur des plateformes en ligne, crée un terreau fertile pour la croissance des opportunités en matière d'intelligence artificielle.
Cette croissance est aussi alimentée par l'essor des outils logiciels et des jeux de données open source, ainsi que par les plateformes informatiques à faible coût. Les jeunes entreprises utilisent de telles solutions technologiques pour créer plus efficacement leurs premiers prototypes. L'observation est valable pour tout praticien souhaitant intégrer l'IA dans ses projets personnels (artistes, chercheurs, etc.).
Si l’IA est devenue omniprésente dans la plupart des champs d’applications de l’industrie créative (musique, arts visuels, scénarisation, édition de livres, films, jeux vidéo, actualités, etc.), il reste à en comprendre le rôle opérationnel et les enjeux.


 

1. New European Media. (2019). AI in the media and creative industries.

Une implication à tous les niveaux : création, production et consommation.

Une première constatation s’impose : l’intelligence artificielle est présente à chaque étape du processus créatif.

La création : fait référence à la construction de nouveaux contenus médiatiques par tout praticien de l’art. Ce peut être un concepteur sonore créant de nouveaux sons pour une scène spécifique dans un jeu vidéo d'action ou un artiste plasticien explorant la génération d'images jusqu'à trouver celle qui sera utilisée dans son travail artistique.

La production : fait référence à la façon dont le contenu multimédia est édité ou composé en vue de son déploiement ou de sa livraison. On peut penser à un éditeur vidéo qui doit annoter manuellement les prises de vue avant le montage, ou encore à un producteur de musique qui doit équilibrer les pistes son de plusieurs instruments de musique.

La consommation : fait référence à l'interaction qu'un utilisateur final peut avoir avec un contenu multimédia. Il peut s'agir d'une personne ayant reçu une recommandation musicale sur une plate-forme de streaming audio ou d'une autre recevant des flux de nouvelles sur une application via son smartphone.

Cas d’étude : « Joy of AI ».

La vénérable BBC a diffusé les 4 et 5 septembre 2018 un programme télévisuel entièrement conçu par des intelligences artificielles.

L’émission, diffusée sur la chaîne thématique BBC4 (le pendant de ARTE en Grande Bretagne), faisait le point sur les dernières avancées de l’IA, mais surtout proposait, en point d’orgue, la vision d’un programme entièrement conçu par un algorithme.

« Made by Machine » est une émission produite avec l’aide du département R&D de la BBC qui, une heure durant, proposait au téléspectateur de visionner la réalisation d’une intelligence artificielle programmée pour assembler entre eux des extraits d’archives de la BBC.

Une première pour la chaîne, qui entendait par-là faire la démonstration des capacités actuelles de l’intelligence artificielle en matière de production d’un programme télévisuel.

Le projet, véritable défi technologique, peut se résumer en trois étapes :

  • La sélection des programmes au sein des archives de la BBC
    L’ADN de BBC4 étant unique (il s’agit d’une chaîne qui s’adresse à un public en recherche d’information pointue), le premier défi a consisté à rechercher au sein des archives de toute la BBC les programmes dont l’ADN était susceptible de correspondre à celui de BBC4.
     
  • Le découpage des scènes
    Une fois les archives présélectionnées, d’autres algorithmes étaient chargés d’en tirer des extraits cohérents. Différentes techniques ont ici été utilisées pour assurer cette cohérence.
     
  • L’assemblage
    Pour finir, un algorithme assemblait les différentes scènes entre elles afin de composer le programme.

Conclusions de l'expert

Pour Pierre-Nicolas Schwab, docteur en Marketing (Solvay Business School) et directeur de la société IntoTheMinds, « ce que l’émission a révélé à ceux qui l’ont regardée, c’est que la technologie est encore loin de supplanter l’humain. L’émission « Made by Machine » était en effet très loin de la perfection. Techniquement, les transitions entre scènes étaient loin d’être judicieuses. En outre, l’assemblage lui-même donnait l’impression d’un résultat décousu dont le fil rouge était plus à chercher du côté des lieux représentés que de l’histoire. En clair, les algorithmes développés ont pu retrouver des fragments audiovisuels correspondant à un lieu ou à une personne mais sont encore loin de pouvoir composer une histoire à partir de cette matière brute. La créativité est donc bien ce qui manque à l’intelligence artificielle, et c’est pour cela que l’humain ne risque pas de perdre de sitôt son rôle central dans la société. »

Newsletter

Outil de calcul